Biens mal acquis : Le clan Bongo au cœur d’un scandale qui perdure toujours

Publié le Par Gabon Matin - Mis à jour :

Ces dernières années, la famille Bongo, qui dirigeait le Gabon depuis 1967, a été au cœur d’un scandale d’Etat, qui a pris une tournure internationale avec l’ouverture, en France, d’une enquête concernant des « biens mal acquis », en 2010.

À la tête d’un patrimoine immobilier de plusieurs dizaines de millions d’euros, le défunt président Omar Bongo, s’était offert de nombreux biens immobiliers au cœur de Paris mais également plusieurs luxueuses demeures, à Nice, qu’Anadolu a pu localiser avant d’échanger avec le voisinage.

De Libreville au luxueuses villas de la capitale azuréenne

Si l’emblématique Promenade des Anglais vient naturellement à l’esprit de chacun lorsqu’on évoque Nice, d’autres lieux font la renommée de la capitale azuréenne. Le quartier de Cimiez, niché dans les hauteurs et la partie nord de la ville, rayonne par ses jardins, ses musées, son monastère, devenu une véritable attraction touristique, mais également ses luxueuses villas.

C’est ici qu’Omar Bongo, à la tête du Gabon entre 1967 et 2009, posait régulièrement ses valises lors de ses escapades dans le sud de la France. Le président gabonais a en effet acquis plusieurs biens immobiliers tous plus prisés les uns que les autres, à Cimiez, et révèlent un goût certain pour le luxe.

Jeudi, volets et portail du Val d’Or, l’immense domaine acheté par Omar Bongo dans les années 90, étaient clos mais à l’approche du mur de clôture, le bruit laisse deviner que les lieux ne sont pas vides, malgré une discrétion notable.

«  Il y a des gardiens qui sont ici depuis très longtemps. La résidence est toujours gardée par du personnel » confie un voisin à Anadolu. Ce dernier, qui nomme spontanément le Val d’Or « les villas de Bongo » se souvient néanmoins qu’il fut un temps où les lieux furent « bien plus animés avec des va-et-vient fréquents quand les propriétaires ou leur famille étaient sur place ».

Dans le quartier un autre riverain se met à souffler au moment d’évoquer le patrimoine des Bongo. « Vous savez, ici la majorité est installée depuis des années, et tout le monde se connaît, même si de temps en temps on accueille de nouveaux voisins. On est comme un petit village mais franchement on n’a pas envie d’être assimilés à tout ça » grince ce jeune retraité.

Il précise n’avoir « rien contre Bongo » mais considère « qu’il n’est pas souhaitable d’avoir autant de mauvaise publicité dans le secteur, surtout si ces maisons ont été achetées avec l’argent du Gabon ».

Mais le sort du Val d’Or, qui paraît très bien entretenu depuis l’extérieur avec des haies et des arbres taillés qui jalonnent la clôture, est loin de ressembler à celui de la célèbre Villa Saint-Ange, située au numéro 6 de l’avenue de Flirey, à Nice.

Acquise pour l’équivalent de 1,9 millions d’euros en 1999 par Omar Bongo, la bâtisse a subi des travaux d’un montant de presque 10 millions d’euros, avant d’être finalement saisie, comme les six autres biens immobiliers niçois du président gabonais.

À proximité des lieux, les personnes interrogées par Anadolu ne savent pas à qui a appartenu ce luxueux bien, dont le jardin paraît à l’abandon, avec un portail et une boîte à lettre usés et délabrés.

Le clan Bongo intouchable pilier de la Françafrique, aujourd’hui dans la tourmente

La plainte, déposée en 2007 par trois associations de lutte contre la corruption, va venir mettre les projecteurs sur 40 ans de fonctionnement opaque, qui ont permis à la famille Bongo de se constituer un gigantesque patrimoine en lien notamment avec l’exploitation du pétrole gabonais par Elf, puis TotalEnergies.

Ce n’est finalement qu’en 2010, que la justice décide de se saisir des faits d’une ampleur sans précédent, qui sont relatés, et qui impliquent Omar Bongo, décédé l’année précédente mais surtout plusieurs de ses enfants et héritiers.

Dans cette tentaculaire affaire, neuf enfants d’Omar Bongo, sont poursuivis et mis en examen pour « recel de détournement de fonds publics, corruption active et passive, blanchiment et abus de biens sociaux ».

Si Ali Bongo, qui a succédé à son père à la présidence gabonaise n’a jamais été insulté, du fait de son immunité présidentielle, la donne pourrait désormais changer avec ce coup d’Etat.

S’agissant des neuf mis en cause du clan Bongo, ils affirment tous n’avoir jamais eu connaissance que ce sont des opérations financières frauduleuses qui ont permis d’acquérir ce fastueux patrimoine.

Un arrêt de la cour d’appel de Paris, rendu en février 2022, estime en effet que cette « fortune immense » que s’est constituée le défunt président gabonais provient « de l’argent issu de détournements de fonds publics et des sommes considérables provenant du délit de corruption des sociétés pétrolières ».

La banque BNP Paribas est elle aussi mise en examen depuis 2021 pour des faits de « blanchiment de corruption et de détournement de fonds publics » et accusée d’avoir « manqué à ses obligations de vigilance » en n’alertant pas les autorités malgré le transit, sur les comptes de la famille Bongo, de plusieurs dizaines de millions d’euros.

Ce sont ces fonds qui auraient servi à financer les investissements immobiliers de la dynastie, à Paris et sur la Côte d’Azur. Au total, les « biens mal acquis » des Bongo, sont estimés à 85 millions d’euros et comprennent également des voitures de luxes et divers composants.

À Nice, dans le quartier de Cimiez, jeudi, rares étaient ceux qui souhaitaient commenter les déboires judiciaires de ces encombrants voisins qui devraient être jugés à Paris prochainement, alors qu’un coup d’Etat vient de mettre un terme à 55 ans de règne sur Libreville.

à lire aussi

Coronavirus au Gabon : point journalier du 22 février 2022
COVID-19 Coronavirus au Gabon : point journalier du 22 février 2022
Nouvelles nominations au sein de la Garde républicaine du Gabon
Nominations Nouvelles nominations au sein de la Garde républicaine du Gabon
Libreville accueillera le One Forest Summit les 1er et 2 mars 2023
Sommet international Libreville accueillera le One Forest Summit les 1er et 2 mars 2023
Port-Gentil : Un puissant orage fait plusieurs sinistrés et des dégâts matériels importants
Orage Port-Gentil : Un puissant orage fait plusieurs sinistrés et des dégâts matériels importants