Entreprises françaises au Gabon : 14 000 emplois et 3,5 milliards $ de chiffre d’affaires

Publié le Par Gabon Matin - Mis à jour :

À la suite du coup d’État intervenu mercredi 30 août au Gabon, le président Ali Bongo Ondimba a été déchu et « mis à la retraite » par le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI). Le général Brice Oligui Nguema, chef de la Garde républicaine, acclamé par des centaines de militaires, a été nommé, le même jour, comme président de la Transition.

Ali Bongo, qui avait nouvellement été réélu pour un troisième mandat avec plus de 64 % des voix, a été placé en résidence surveillée et plusieurs personnalités politiques proches de celui-ci ont été arrêtées.

Le Gabon est connu pour ses réserves de pétrole, de bois, de manganèse (un métal utilisé dans la production d’acier et de batteries) et des réserves quasiment épuisées d’uranium, exploitées entre 1961 et 1999 par la société française Orano, ex-Areva.

L’ambassade de France au Gabon indique qu’approximativement 110 entreprises françaises sont présentes dans ce petit pays d’Afrique centrale, soit plus qu’au Nigéria ou au Cameroun.

Quelque 81 grandes entreprises françaises détiennent des filiales dans ce pays situé sur la côte atlantique du continent, notamment le groupe minier Eramet (plus de 90 % du manganèse gabonais), le pétrolier Perenco, les pétrogaziers TotalEnergies et Maurel & Prom et le fonds d’investissement Meridiam.

Environ 14.000 emplois et 3.5 milliards de chiffre d’affaires — soit près d’un cinquième du produit intérieur brut nominal du Gabon — sont générés par les entreprises tricolores dans le pays, avec un stock d’investissement proche d’un milliard de dollars.

Eramet

Le groupe minier français Eramet, deuxième producteur de manganèse au monde, est détenu à 37 % par la famille Duval et à 28 % par l’État français. Eramet a annoncé, ce mercredi, la reprise progressive de ses activités au Gabon, après une courte interruption, dans le contexte du coup d’État.

À travers ses filiales Comilog et Setrag, Eramet emploie plus de 8700 personnes (salariés et sous-traitants) au Gabon, selon l’information disponible sur Site Web. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 5 milliards d’euros en 2022.

La valeur de l’action Eramet a plongé de plus de 16 % au cours de la journée de mercredi, à la suite du coup d’État au Gabon, avant de reprendre de la valeur jeudi, suite à l’annonce de la reprise de ses activités dans le pays.

Eramet possède également la Société d’exploitation Setrag, qui contrôle la seule compagnie de chemin de Gabon, et en détient le principal port minéralier. En 2022, Eramet employait 8.700 personnes dans les pays.

Le géant des mines et de la métallurgie est le premier producteur mondial de manganèse qui constitue la majorité de ses activités essentiellement basées au Gabon, pays dont elle exploite 90 % de ce métal précieux (4,8 millions de tonnes en 2019) qui sert à la production d’acier et de batteries.

En 2022, la compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), filiale d’Eramet, est la société qui a réalisé le plus gros chiffre d’affaires au Gabon devant TotalEnergies.

TotalEnergies Gabon

La société française TotalEnergies est installée au Gabon depuis 1928.

Le groupe emploie 350 salariés sur place et produit en 15 000 et 20 000 barils d’équivalent pétrole par jour à travers notamment sa filiale TotalEnergies EP Gabon active dans l’exploration et la production d’hydrocarbures dans ce pays qui est le quatrième producteur de pétrole d’Afrique sub-saharienne et qui est membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) depuis 2016, après l’avoir initialement quittée en 1996.

TotalEnergies EP Gabon a réalisé un chiffre d’affaires de à 521 millions de dollars en 2022, après 655 millions l’année précédente.

L’entreprise française est également leader dans la vente du carburant dans le pays d’Afrique centrale et y dispose de 45 stations service.

TotalEnergies détient aussi 49 % de la Compagnie des Bois du Gabon (CBG) depuis 2022.

L’action de TotalEnergies EP Gabon a connu un recul de plus de 14 % suite au coup d’État dans le pays, ce mercredi, avant de récupérer la moitié de ses pertes le lendemain.

Autres acteurs des hydrocarbures

Outre TotalEnergies, la société française Maurel & Prom et la Franco-britannique Perenco exploitent également des gisements au Gabon, généralement moins rentables que ceux exploités par la géante pétrogazière française.

Maurel & Prom a ainsi annoncé, le mois dernier, le rachat à la société d’investissement Carlyle de la compagnie pétrolière Assala Energy, active au Gabon, pour 730 millions de dollars. Maurel & Prom n’a pas interrompu son activité à la suite du coup d’État au Gabon, malgré une petite perte de valeur.

Perenco, dont le siège et en France, a racheté à TotalEnergies une importante part des activité d’extraction de pétrole au Gabon, devenant le premier acteur du pays, avec plus de la moitié de la production.

Perenco contrôle le terminal pétrolier du Gabon, proche de Port-Gentil, la capitale économique du pays. La société franco-britannique est accusée par diverses ONG pour l’environnement de « pollutions répétées », notamment suite à des fuites dans des cuves.

Perenco détient également un important d’oléoduc et de gazoduc, selon la Direction générale française du Trésor, faisant de la compagnie « l’épine dorsale du secteur gabonais des hydrocarbures, ainsi que, de très loin, le premier contribuable du pays ».

Meridiam

Meridiam, le fonds d’investissement français spécialisé dans le financement d’infrastructures publiques, déclare sur son site Internet avoir déjà investi plus de 5 milliards d’euros avec ses partenaires en Afrique, dont 1,5 milliard d’euros au Gabon.

Il a annoncé en juin dernier sa volonté de doubler ses investissements sur le continent au cours des trois prochaines années.

Meridiam déclare être actif sur 4 projets d’infrastructures au Gabon : la construction du barrage hydroélectrique de Kinguele Aval (avec le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques) du port minéralier d’Owendo (le second port minéralier du pays), la réhabilitation d’un tronçon de 93 km de la route Transgabonaise (avec la société ARISE basée à Singapour est essentiellement détenue par des actionnaires suédois et néerlandais) et la rénovation de la principale ligne de chemin de fer du pays (SETRAG), le Transgabonais (aux côtés de la Française Eramet).

Parmi les autres entreprises françaises actives au Gabon, figurent également Air Liquide, Spie Oil & Gas, Air France, l’armateur CMA CGM, Bolloré Africa Logistics, Colas spécialisé dans les travaux publics, Rougier (vente du bois), l’assureur Axa, ainsi que Havas, Canal+, Atos et Servair.

à lire aussi

SEEG : Communiqué de démission du directeur général Ousmane Cissé
Communiqué SEEG : Communiqué de démission du directeur général Ousmane Cissé
Communication Comment la téléphonie mobile est devenue un vecteur de développement en Afrique
La Chine et le Gabon renforcent leurs liens vers un partenariat stratégique global de coopération 
Coopération La Chine et le Gabon renforcent leurs liens vers un partenariat stratégique global de coopération 
Coup d’Etat au Gabon : L’armée annonce la réouverture des frontières du pays
Réouverture Coup d’Etat au Gabon : L’armée annonce la réouverture des frontières du pays